De Global Clarity à Prism : quand Sorkin et Newsroom anticipaient les révélations d’Edward Snowden

Quand j’ai vu l’interview d’Edward Snowden, j’ai immédiatement pensé à Solomon Hancock, ce magnifique personnage de la série NewsRoom, directeur adjoint des technologies et systèmes (cryptographie et mathématiques) de la NSA, qui souhaite révéler à la presse l’existence de Global Clarity, un programme secret de surveillance des communications aux Etats-Unis, après avoir alerté, sans succés, des parlementaires.

La série Newsroom a été écrite et produite par Aaron Sorkin.

Solomon Hancock (incarné par Stephen Henderson) n’apparait que dans les épisodes  8 (The Blackout part 1: Tragedy Porn) et 10 (The Greater Fool).

Ces épisodes ont  été diffusés aux EtatsUnis les 12 et 26 août 2012 . Leur  action est censée se situer  entre le 27 mai et le 1er juin 2011 pour l’épisode 8,  entre le 1 et 8 août 2011 pour l’épisode 10.

Dans l’épisode 8, Solomon Hancock  donne rendez vous a Charlie Skinner (Sam Waterston)  le directeur de l’information de la chaine Atlantic Cable News (ACN) . Cette rencontre se tient dans une bibliothèque publique.

Les propos que tiennent Snowden dans son interview au Guardian en 2013  et Hancock, son double sorkinien, en 2012,  sont extrêmement proches : même indignation, même sentiment d’urgence quant à la nécessité de donner un coup d’arrêt à une surveillance qu’ils jugent  totalitaire, même conscience des conséquences possibles de leur démarche.

Solomon Hancock : My title is Assistant Deputy Director  of Technology and Systems, Cryptology, and Mathematics at NSA. I product test software. Edward Snowden: « My name is Ed Snowden, I worked for Booz Allen Hamilton as an infrastructure analyst for NSA in Hawaii. I’ve been a systems engineer, systems administrator, senior adviser for the Central Intelligence Agency, solutions consultant, and a telecommunications informations system officer.

Solomon Hancock : It’s data mining.  One of the ways the NSA was tracking bin Laden, or any terrorist for that matter, was to write code that would sift millions of electronic communications looking for a needle in a giant haystack.
Edward Snowden : The NSA specifically, targets the communications of everyone. It ingests them by default. It collects them in its system and it filters them and it analyses them and it measures them and it stores them for periods of time simply because that’s the easiest, most efficient, and most valuable way to achieve these ends.

Solomon Hancock : We gave the contract to two defense contracting big boys and it was my job mostly to make sure that they delivered that it worked. The project title is GLOBALCLARITY  and it intercepts 1.7 billion phone calls, emails, and texts every day. It involves a significant amount of illegal, warrantless wiretapping of American citizens. We could hunt for terrorists legally,  but due to our bosses’ devotion to GLOBALCLARITY,    the NSA has been happily violating the Fourth Amendment,    and about a dozen of the NSA’s own regulations about spying on Americans.  
Edward Snowden : Originally we saw that focus very narrowly tailored as foreign intelligence gathered overseas. Now increasingly we see that it’s happening domestically and to do that they, the NSA specifically, targets the communications of everyone. So while they may be intending to target someone associated with a foreign government or someone they suspect of terrorism, they’re collecting you’re communications to do so.

Solomon Hancock : You’ve got guys listening in on ex-wives,    dropping in on calls from soldiers overseas,    checking out what movie stars are up to. 
Edward Snowden : I sitting at my desk certainly had the authorities to wiretap anyone from you or your accountant to a Federal judge to even the President if I had a personal e-mail.

Solomon Hancock : I fought the Soviets.   The way their government made their people live their lives   was a very good reason to fight them.    After 9/11,    we started doing the exact same thing.   I didn’t spend my life fighting Communists    to have it come to this.  
Edward Snowden : Il you realize that that’s the world you helped create and it’s gonna get worse with the next generation and the next generation who extend the capabilities of this sort of architecture of oppression, you realize that you might be willing to accept any risk and it doesn’t matter what the outcome is so long as the public gets to make their own decisions about how that’s applied. »

Aaron Sorkin n’a évidemment rien inventé. La surveillance des communications par la NSA fait l’objet de révélations et de controverses depuis de nombreuses années.

Pour imaginer le personnage de Hancock, Sorkin s’est inspiré d’un personnage bien réel, William Binney, un vétéran de la NSA, qui a dénoncé l’existence de “Stellar Wind”, un programme secret (et tout aussi réel) de surveillance électronique des citoyens américains. Cryptomathématicien, comme sa réplique sorkinienne, William  Binney démissionna de la NSA après 40 ans de service.

Dans la série Newsroom, Salomon disparaît tragiquement dans le dernier épisode de la saison. . Sans qu’on sache clairement s’il s’est donné lui-même la mort.

PS:  La série Newsroom a été renouvelée pour une deuxième saison. Avec une diffusion prévue pour le 14 juillet 2013. Excellente nouvelle.

Voir aussi: 

Hollywood, les whistleblowers et le soldat Manning

On ne nait pas whistleblower. On le devient

D’Ellsberg au soldat Manning : du whistleblowing analogique au whistleblowing numérique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s