Quand la Maison Blanche s’inspire de West Wing pour expliquer son projet de réforme fiscale

Obama a entrepris de placer la fiscalité au cœur du débat électoral. Et ce d’autant plus qu’il sait désormais qu’il affrontera le le multimillionnaire Mitt Romney. Son projet de réforme fiscalevise à porter à 30% le  taux d’imposition des contribuables gagnant plus d’un million de dollars par an. Il s’inspire de la « règle Buffett », ce milliardaire qui s’était indigné que son taux d’imposition soit inférieur à celui de sa secrétaire.

Expliquer une réforme fiscale ne va jamais de soi. Pour faire comprendre aux électeurs les effets attendus de la réforme (qui sera gagnant, qui sera perdant), les communiquants de la Maison Blanche se sont directement inspirés d’un épisode de West Wing. (Épisode 17 de la Saison 4 :  Red Heaven’s on Fire).

Petit rappel: alors que l’équipe présidentielle est en Californie pour soutenir la candidature de Sam Seaborn, Will Bailey se retrouve seul à la Maison Blanche pour orchestrer la communication autour d’un projet d’augmentation de l’impôt ciblé sur les plus riches. Il ne dispose, pour l’aider dans cette tâche, que de quatre jeunes stagiaires et entreprend de leur expliquer le sens de la réforme. Il s’aide d’un tableau blanc pour illustrer l’impact du plan pour trois groupes : les travailleurs non syndiqués (revenu annuel moyen de 18736 $, taux d’imposition de 15%), les enseignants des écoles publiques (41724 $, 28%) et les medecins (150 000 $, 36%). Pour financer la baisse d’impots pour les enseignants et les travailleur non syndiqués, sans augmenter celle des médecins, tout en finançant la deductibilité fiscale des frais d’enseignement, il introduit un groupe, celui des super-riches (Uberwealthy) : l’augmentation de leur taux d’imposition à 41% suffira à  financer les baisses d’impôts.

Le plus simple est encore de regarder l’extrait :

C’est exactement ce même dispositif qu’a utilisé hier, dans une vidéo, Brian Deese, le directeur adjoint du Conseil  d’analyse économique d’Obama, pour expliquer la règle Buffett.  Il reprend la même démonstration, cette fois avec une travailleuse de 35 ans vivant seule, un jeune couple marié composé d’une enseignant et d’un policier, et un médecin. Imposés respectivement à 16 %, 19% et 23%. « C’est le principe de la progressivité : plus les revenus sont elevés, plus augmente la part de votre revenu qui est soumise a l’impot.. Comme Will Bailey, je vais ajouter un autre groupe. Les hyper-riches, les 400 plus hauts revenus en 2008 … En moyenne, ils ont gagné 110 millions de dollars par an. Juste pour mettre ce chiffre en perspective, c’est mille fois plus que notre professeur et notre policier. Ce groupe, en moyenne, est imposé à 18 % … Voilà pourquoi nous avons besoin de la règle Buffet ».

Brian Deese reconnaît explicitement sa dette à la série. « Beaucoup d’entre vous ont vu Will Bailey dans The West Wing utiliser un tableau blanc pour expliquer un concept de fiscalité. Je ne dispose pas comme lui de scénaristes ayant remporté des Oscars : je vais donc lui emprunter une page du scénario ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s