Powell-Palmer-Obama

Colin Powell, a apporté ce dimanche son soutien à Barack Obama.

« Il remplit les critères pour diriger le pays, en raison de sa capacité à inspirer, en raison du caractère fédérateur de sa campagne, et parce qu’il tend la main à toute l’Amérique. Je pense que ce serait un président réformateur. Pour cette raison, je vais voter pour Barack Obama. En cas de victoire de Barack Obama, le 4 novembre, tous les Américains devraient être fiers, pas seulement les Afro-Américains. Cela provoquerait l’enthousiasme du pays et du monde ».

Colin Powell fut le premier Noir à occuper la fonction de chef d’état-major des forces armées américaines, avant de devenir Secrétaire d’état dans l’administration Bush. Il avait même été question qu’il se présente à la Présidence: sa femme, qui craignait qu’il fut assassiné, l’en aurait dissuadé.

Il a trés probablement inspiré les scénaristes de la Dennis Haysbert pour le personnage du Président David Palmer. Dennis Haysbert cite Colin Powell (avec Clinton et Jimmy Carter) parmi les hommes politiques qui l’ont inspiré pour interpréter David Palmer. « Colin Powell est un leader incroyable. Il a beaucoup d’intégrité, de cœur et de passion et d’une volonté et d’énergie à faire le bien. En tant que président, il pourrait mettre notre pays à un niveau qu’il n’a jamais atteint. »

Le cas Powell illustre un des ces rétroactions entre fiction et réalité qui caractérisent la vie politique américaine. Reconstituons la séquence.

  • Une série américaine campe un Président noir. Intègre, il manifeste clairvoyance, sang froid et retenue dans l’exercice de la fonction présidentielle.
  • La série acclimate le public américain à l’idée qu’un Noir puisse accéder à la Présidence.
  • Dennis Haysbert reconnait explicitement sa dette à l’égard de Colin Powell
  • David Palmer acquiert une popularité exceptionnelle. A tel point que des blogueurs lancent (pour s’amuser, mais c’est un symptôme) le mot d’ordre « Palmer for Président ».
  • En 2007, quand Obama amorce la campagne des primaires, la presse américaine glose sur l’influence que des films comme Deep Impact ou 24 heures ont pu exercer sur le public américain quant à la perspective qu’un noir accéde à la Présidence.
  • Dennis Haysbert qui incarne David Palmer apporte son soutien à Obama.
  • Dennis Haysbert « aime à penser que David Palmer a ouvert la voie à un Président noir. Ce rôle s’inscrit dans la grande tradition américaine qui veut que « rien ne soit impossible ». »

PS : On vient de me signaler ce morphing qui rapproche Obama et Colin Powell.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s