Archives mensuelles : avril 2007

« Il faut créer un écosystème favorable aux nouveaux acteurs et aux innovations dans les TIC »

ZDNet.fr a interrogé les principaux candidats et leur équipe de campagne sur leur programme consacré aux nouvelles technologies.

Entretien avec Maurice Ronai, délégué aux nouvelles technologies pour le PS représenté par Ségolène Royal.

Quelles mesures concrètes contient le programme de Ségolène Royal pour réduire la fracture numérique ?

On part d’un constat qui est assez connu et paradoxal : la France connaît un succès dans le déploiement du haut débit, mais seulement une moitié des foyers sont équipés d’ordinateurs. Et seulement 44% de ces ordinateurs sont connectés à l’internet. Pour traduire ce qu’avait avancé Ségolène Royal dans son livre, Maintenant, le rapport Rocard a fixé un objectif assez ambitieux, mais réaliste : porter à 75% le nombre de foyers connectés à internet. Cela suppose un gros effort qui ne peut pas reposer uniquement sur l’Etat.

Il faudra faire travailler ensemble l’Etat, les collectivités territoriales et les opérateurs. Et puis jouer sur tout un ensemble d’instruments, qui peuvent aller de l’instauration d’un tarif social pour internet, mais aussi – et ce sont des propositions évoquées par le collectif Renaissance Numérique dans son livre blanc – la donation aux salariés par les entreprises d’ordinateurs déjà largement amortis, ou encore la mise à disposition d’ordinateurs recyclés, ou bien des aides aux foyers en situation difficile sous condition de ressources. Et là, on peut imaginer des dispositifs qui couplent une offre d’accès internet et l’achat d’un équipement avec des conditions de crédit attrayantes.

Comment financer de telles mesures ?

Pour le tarif social internet, on reprend le dispositif qui existe déjà : celui du tarif social pour le téléphone, dont le mécanisme de financement repose pour partie sur les caisses d’allocations familiales. Il faut l’étudier de plus près, mais ce tarif pourrait se situer autour de 5 euros par mois. Il faut savoir qu’il y a déjà des offres d’accès internet, sur Paris par exemple à un euro par mois.

Lire la suite

« Ségolène Royal prône la remise à plat de la loi DADVSI »

Interview Netéconomie

A la veille du premier tour de la Présidentielle 2007, Maurice Ronai, délégué national aux technologies de l’information au Parti socialiste, rapporteur de ’République 2.0’, rapport préparé par Michel Rocard à la demande de Ségoléne Royal, précise l’approche ’numérique’ de la candidate du PS.

AB – Maurice Ronai, bonjour. Quels sont les principaux axes du programme de Ségolène Royal en matière de technologies de l’information et de la communication ?

MR – Bonjour. Internet, son architecture de ’pair-à-pair’ et ses technologies coopératives redessinent l’économie, l’éducation, la culture. L’Etat ne doit pas être un simple spectateur de ce mouvement. Il faut reprendre pied dans l’économie numérique. Aujourd’hui, la France et l’Europe sont insuffisamment présentes dans l’économie du logiciel et dans les secteurs à très haute valeur ajoutée que sont les services sur Internet. Nous ne pouvons pas nous permettre de manquer les prochains rendez-vous technologiques. Il faut inverser la tendance.

Le Pacte présidentiel présenté par Ségolène Royal prévoit d’investir massivement dans l’innovation et la recherche, soit d’augmenter, pendant le quinquennat, le budget de la recherche et les crédits publics pour l’innovation de 10% par an. Il prévoit aussi de soutenir les PME avec la création de fonds publics régionaux de participation et en leur réservant une part dans les marchés publics. Donner la priorité à l’investissement des entreprises avec un taux d’impôt sur les sociétés plus bas si le bénéfice est réinvesti et plus haut s’il est distribué aux actionnaires. Enfin, sécuriser le parcours des jeunes créateurs en soutenant la création d’entreprises. Le rapport Rocard propose près d’une quinzaine de mesures visant à créer un écosystème favorable à l’innovation, aux PME et aux nouveaux acteurs.

Lire la suite

Remise du Rapport Rocard « République 2.0 » à Ségolène Royal

« Vers une société de la connaissance ouverte »

Michel Rocard a remis ce matin à Ségolène Royal son rapport sur les enjeux du numérique Ségolène Royal avait commandé ce rapport il y a un mois à Michel Rocard, qui a joué un rôle déterminant dans la bataille au Parlement européen contre la brevetabilité du logiciel. Michel Rocard, entouré d’une équipe de dix personnes, a établi un diagnostic et formulé 94 recommandations. Ce rapport est accessible sur desirsdavenir.org.

Une source d’emplois

Le numérique est trop souvent associé à une menace pour les industries culturelles. En réalité, il nourrit déjà des secteurs culturels entiers et est source de création de dizaines de milliers d’emplois. Le rapport préconise plusieurs mesures pour encourager ces emplois et donner vie à un véritable plan numérique : crédits d’impôts, soutien aux PME, logiques de type « business angels », soutien à la Recherche & au Développement, etc.

La suite :


Le Rapport Rocard découpé en chapitres et en HTML sur le site Overcrowded


Les réponses au chat de Michel Rocard et Maurice Ronai, rapporteurs du rapport


DéplierRapport République 2.0 (PDF)

Chat avec Michel Rocard autour du Rapport République 2.0

Rapport République 2.0

Après avoir remis à Ségolène Royal leur rapport sur les enjeux du numérique, Michel Rocard, député européen, et Maurice Ronai, rapporteur, ont présenté le rapport pendant un chat en direct.

Comment mieux garantir la non-violation de la vie privée des personnes de plus en plus « fichées » ? Les pratiques de Sarkozy avec les fichiers ADN et le scandale du fichier ELOI sont des preuves de ces terribles dérives électroniques ! Allez-vous renforcer les pouvoirs de la CNIL ?

Maurice Ronai : Les technologies numériques peuvent mettre en cause la vie privée de multiple manière : nouvelles formes de traçage, biométrie, radio-identification. Les missions de la CNIL prennent une nouvelle dimension. Il faudra d’abord renforcer les moyens de la CNIL pour qu’elle puisse faire face à ces missions, les anciennes et les nouvelles. Le rapport recommande de doubler les moyens de la CNIL. La CNIL aujourd’hui emploie 100 personnes alors que son équivalent allemand en emploie 400. Les moyens, mais aussi les compétences et surtout assurer l’indépendance de la CNIL en réformant son mode de désignation et sa composition. Dans ce domaine comme ailleurs c’est au niveau européen que s’élabore aujourd’hui le cadre juridique. Il faudra préserver le régime européen de protections de la vie privée.

La suite

République 2.0 dessine les contours d’un programme d’action gouvernemental autour des téchnologies numériques

Michel Rocard a remis à Ségolène Royal son rapport sur les enjeux du numérique : Republique 2.0 : vers une société de la connaissance ouverte.

Ségolène Royal avait demandé, il y a un mois, à Michel Rocard, qui avait joué un rôle déterminant dans la bataille au Parlement Européen contre la brevetabilité du logiciel, d’établir un diagnostic et de formuler une série de propositions. Michel Rocard avait joué un rôle déterminant dans la bataille au Parlement Européen contre la brevetabilité du logiciel. Le rapport recense 94 recommandations.

Préserver l’espace de libertés qu’est l’internet et rendre effectives les capacités numériques

Jamais autant d’informations, de connaissances et de création n’ont été accessibles à un aussi grand nombre d’individus. Plus important encore, jamais autant de personnes n’ont été en mesure d’exprimer leurs opinions sur les affaires du monde, mais aussi de rendre leurs productions accessibles et réutilisables et ainsi d’en créer de nouvelles. Et pourtant, nous venons de traverser cinq années pendant lesquelles les politiques conduites par le gouvernement ont traité internet et le numérique comme des menaces et non comme une chance. Il faut changer ce regard, reconnaître le présent et prendre le parti des possibles.

1. Dans les politiques qui seront conduites pendant le mandat présidentiel, le respect des libertés fondamentales constitutives d’internet devra être une préoccupation constante.”

Reprendre pied dans l’économie numérique


Lire la suite