Archives mensuelles : mars 1998

Strategic defence review en Grande-Bretagne

Tony Blair a s’était engagé pendant la campagne électorale à réviser la structure des forces de défense. L’objectif affiché de la Strategic Défense Review n’est pas de réduire le budget de défense (ils ont decru, sous le Gouvernement Major de 30% depuis 1990), mais de redéfinir les priorités stratégiques. Tony Blair avait, d’emblée, annoncé que le budget militaire serait maintenu au même niveau pour les deux prochaines années. Le gouvernement comme l’état major admettent que l’empilement des missions (Irlande, Bosnie, bases en Allemagne ..) impose aux forces armées une surtension (overstretch).

La Strategic Defence Review s’est ouverte par une amorce de débat public : experts, universitaires, députés de l’opposition, organisations non gouvernementales furent conviés à débattre au cours de trois séminaires, de manière très ouverte, du contexte strategique, des hypothéses de planification des forces et de l’impact des technologies. Les débats tournerent principalement autour de deux questions :

- Avec 2,7% de son PIB consacrés à la défense, comment la Grande Bretagne peut elle maintenir le « rôle mondial » qu’elle s’assigne : justifier son siège au Conseil de Sécurité des Nations Unies) tout en maintenant son rang dans l’Alliance (et sa place dans la structure de commandement de l’OTAN) ?

- L’expérience récente suggère que les forces britanniques sont et seront de plus en plus souvent engagées dans des conflits intra-étatiques, des opérations de paix et de « diplomatie préventive ». A quel niveau convient il de maintenir des capacités militaires pour des conflits de haute intensité (de plus en plus improbables, notamment en Europe) alors que l’état du monde impose de renforcer prioritairement les capacités pour les interventions dans des conflits de « basse intensité », plus probables et plus fréquentes ?

Lire la suite

Publicités