Archives mensuelles : mars 1976

Beautés du Delta

herodote1Morceaux choisis : Beautés du Delta  

Hérodote N°1, Mars 1976

A première vue le Delta est monotone, grisâtre, dépourvu de charme.  Mais sa joliesse et sa beauté peu à  peu se dévoilent aux yeux de celui  qui consent à subir l’initiation nécessaire, qui suit aux diverses saisons  digues et sentiers, et pénètre dans les  villages. Il est à l’intérieur de ceux-ci  des ensembles délicieux. Lire la suite

Publicités

Entretien avec Michel Foucault

herodote1Hérodote, Numero 1, Mars 1976

« … La géographie doit bien être au coeur de ce dont je m’occupe. »

MR : Le travail que vous avez entrepris recoupe (et alimente) en grande partie la réflexion que nous avons engagée en géographie, et de façon plus générale sur les idéologies et stratégies de l’espace.

En questionnant la géographie, nous avons rencontré un certain nombre de concepts : savoir, pouvoir, science, formation discursive, regard, épistémé, et votre archéologie a contribué à orienter notre réflexion. Ainsi, l’hypothèse avancée dans l’Archéologie du savoir qu’une formation discursive ne se définit ni par un objet, ni par un style, ni par un jeu de concepts permanents, ni par la persistance d’une thématique, mais doit être appréhendée comme un système de dispersion réglé nous a permis de mieux cerner le discours géographique. Lire la suite

Paysages (Hérodote, 1976)


herodote1(Publié dans Hérodote n°1, 1976)

Le texte de Gourou (Voir Les Beautés du Delta) et ses dérivés imaginaires mettent à nu la fonction  mystifiante du paysage dans le discours géographique, la fonction drama-  tique du paysage dans l’écriture romanesque. S’y révèlent les pratiques  culturelles qui instaurent le paysage : l’exercice d’un regard, la mise en jeu  d’un savoir, la lecture du paysage comme recherche d’un sens immanent.  Le paysage appréhendé comme tranche de nature s’y avoue comme objet  de culture. Objet d’un culte aussi, puisque ces trois pratiques, géoscopie, le  regard, géographie, le discours, géosémie, le système de signification, en se  croisant rendent possible une géophilie, la passion ou l’amour des paysages. Lire la suite